Comment calculer sa retraite

Auteur : Guillaume Serres
février 2012

Calculer sa retraite ? Pas si simple. Heureusement, des formules de calcul et des outils de mesure existent pour vous y aider. À vos calculettes.

Le calcul du montant d’une retraite passe par une formule de calcul précise. Pour le régime général, celle-ci repose sur le salaire annuel moyen, le taux de la pension et la durée d’assurance. Les régimes complémentaires utilisent un système encore plus simple. Explications.

La formule de calcul de la retraite

Voici la formule de calcul de la retraite de base, versée par le régime général de la Sécurité sociale, pour un salarié du privé :

- Salaire annuel moyen × taux de la pension × (durée d’assurance validée ÷ durée d’assurance maximale ou requise).

Depuis la réforme Balladur (1993), le salaire annuel moyen des personnes nées à partir du 1er janvier 1948 est calculé sur la base de leurs 25 meilleures années. Si vous êtes né avant cette date, le nombre d'années pris en compte dépend de votre année de naissance.

Pour déterminer ces années les plus avantageuses, il faut prendre les salaires annuels bruts de sa carrière, en ne retenant que le plafond de la Sécurité sociale de l’année (36 372 € bruts pour 2012). Ensuite, on multiplie chaque salaire annuel plafonné par un coefficient fondé sur l'évolution des prix : il est au 1er avril 2012 de 1,021 pour 2012, 1,228 pour 2000, 1,413 pour 1990… La moyenne de vos 25 meilleures années revalorisées donne le salaire annuel moyen.

Le calcul de la pension de base

Le taux appliqué au salaire annuel moyen est de 50 % pour une retraite à taux plein. Pour atteindre ce taux plein, il faut avoir entre 60 ans (si vous êtes né au plus tard le 30 juin 1951) et 62 ans (si vous êtes né en 1955) et avoir cotisé le nombre requis de trimestres (166 pour les gens nés en 1955, soit 41 annuités et demi) correspondant à la durée d’assurance de la formule de calcul. De même, vous obtenez ce taux plein automatiquement si vous avez entre 65 ans (si vous êtes né au plus tard le 30 juin 1951) et 67 ans (si vous êtes né à partir du 1er janvier 1955).

« Le montant de la pension de base ne peut pas excéder 50 % du plafond de la Sécurité sociale, soit 1 515,51 € bruts par mois pour 2012. Et le montant est souvent plus faible que ces 50 %. Cela est dû à la différence qui existe entre la revalorisation appliquée aux salaires servant au calcul de la retraite, et à la revalorisation du plafond Sécu », souligne Lionel Bonnet, responsable expert retraite chez Mondial Assistance. Si vous ne bénéficiez pas de la durée d’assurance nécessaire, votre taux de pension sera touché par une « décote », c'est-à-dire réduit par un coefficient de minoration, déterminé par le nombre de trimestres manquants.

Le calcul des retraites complémentaires

Heureusement, pour compléter cette pension de base peu élevée, il existe des régimes complémentaires obligatoires : l’Arrco (pour les cadres et non-cadres) et l’Agirc (pour les cadres uniquement). « Les retraites complémentaires se calculent selon un système par points, où chaque euro est converti en point », explique Jean-Pierre Decourcelle, directeur technique adjoint du groupe Prévoir. Chaque année, votre caisse de retraite vous fait parvenir un relevé des points acquis et de leur cumul avec les points obtenus. Les points Arrco acquis doivent être multipliés par la valeur du point Arrco au moment du calcul. Les cadres, qui cotisent aux deux régimes, font la même opération avec leurs points Agirc et additionnent les deux résultats. « La PRC (plateforme de la retraite complémentaire) facilite l’instruction des demandes de retraites complémentaires », précise Sylviane Lepetit, responsable service gestion participants retraites du groupe Apicil.

Pour en savoir plus, faites une simulation en ligne.

Guillaume Serres © Cadremploi.fr


haut de page