Majoration de la pension

Auteur : Guillaume Serres
juin 2012

Le montant de sa retraite peut être relevé sous certaines conditions. Quelques astuces à connaître.

On connaît la décote pour la retraite de base, ou l’abattement pour les retraites complémentaires, qui sont des minorations du montant de la retraite pour les gens liquidant leur retraite alors qu’ils n’ont pas totalisé le nombre de trimestres requis (cf. articles « Comment calculer sa retraite » et « Le versement de la pension »). Mais il existe aussi un ensemble de majorations, dont la surcote.

La surcote

La surcote est une majoration de la pension, propre à la retraite de base. En effet, il n’y a pas de surcote pour les régimes complémentaires, puisqu’on continue d’accumuler les points tant que l’on travaille. On peut bénéficier d’une surcote si on continue de travailler alors qu’on a atteint la durée d’assurance nécessaire pour une retraite à taux plein. Imaginons un salarié né en 1955. En 2017, il aura atteint l’âge légal de départ à la retraite et totalisera 166 trimestres cotisés. S’il décide de continuer à travailler, il aura droit à la surcote. « En travaillant un an de plus, cette personne validera quatre trimestres supplémentaires, explique Lionel Bonnet, responsable expert retraite chez Mondial Assistance. S’il travaille trois ans de plus, il validera 12 trimestres. » En multipliant ces 12 trimestres par 1,25 (taux unique depuis le 1er janvier 2009, pour chaque trimestre cotisé avant cette date, le taux de majoration varie), on obtient 15 %, soit le taux de majoration de la pension d’une personne née en 1955 qui travaillera jusqu’en 2020.

Autrement dit, chaque année travaillée donne droit à une majoration de 5 %. « Cette surcote a été mise en place par la réforme Fillon de 2003, pour encourager l’emploi des seniors », analyse Lionel Bonnet.

Les autres majorations de retraite

Indépendamment des dispositions concernant la durée de cotisation (majoration maternité, majoration éducation, majoration adoption, majoration pour enfant handicapé), il y a des majorations influant sur le montant de la pension : celle « pour aide constante d’une tierce personne », la majoration « liée au handicap », « pour conjoint à charge »… Surtout, il y a la majoration « pour enfants », égale à 10 % du montant de la pension. Tout salarié ayant eu au moins trois enfants y a droit. Elle est calculée après l’éventuelle surcote. Le salarié ayant recueilli ou adopté un ou plusieurs enfants a également droit à cette majoration, à condition d’avoir eu à charge ces enfants, ou d’avoir élevé chacun d'eux pendant neuf ans avant leur seizième anniversaire. Cette majoration pour enfants est attribuée à la même date que la retraite et concerne aussi bien les hommes que les femmes.

Les régimes complémentaires peuvent également attribuer, sous conditions, des points gratuits aux assurés ayant élevé au moins trois enfants… Il y a donc toujours des modalités à remplir. Mais elles n’enlèvent rien à l’utilité de ces majorations, qui sont très intéressantes pour les personnes chargées de famille.

Guillaume Serres © Cadremploi.fr


haut de page