Départ à la retraite

Auteur : Christèle Boisseau-Potier
février 2012

Ca y est, vous êtes décidé à partir à la retraite ? Mieux vaut vérifier que votre situation est en règle avant d’avertir votre employeur. Et là, quelques règles d’or sont à respecter.

C’est vous qui décidez le bon moment ! « Toute demande de départ en retraite est faite par le salarié, appuie Sylvain Rousseau, directeur des départements santé, prévoyance, retraites et avantages sociaux au sein du cabinet Towers Watson, l’entreprise ne peut pousser personne à prendre sa retraite, sinon il s’agirait un licenciement déguisé. »

Vérifiez vos droits à la retraite

Si le moment est venu pour vous, vous devez, au préalable, vous renseigner auprès des caisses de retraite, de base et complémentaires, afin de vérifier d’une part si vous avez atteint l’âge légal et d’autre part si vous avez pu valider tous les trimestres nécessaires.

Pour cela, vous devez demander à consulter votre relevé de situation individuelle afin de vérifier vos états de service et corriger les éventuelles erreurs ou périodes non informées (d’où l’importance de conserver l’intégralité de vos bulletins de paie !).

Vérifiez le montant de votre retraite

Si vous avez plus de 55 ans, une « estimation indicative globale » (cf. « Démarches et documents ») doit vous être envoyée tous les 5 ans, mentionnant le montant des pensions auquel vous pouvez prétendre. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez en faire la demande par internet ou par téléphone auprès de votre caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav). « Tous les petits emplois comme les jobs d’été par exemple, s’ils sont déclarés, sont pris en compte pour vos droits à la retraite. Les trimestres sont validés en fonction de votre salaire brut et non en fonction de la durée de votre activité. Par exemple, en 2011, un salaire brut d’un montant de 1 800 € permet de valider un trimestre. », précise-t-on à la CNAV. D’où l’importance de conserver tous ses bulletins de salaires.

Informer votre employeur

A votre charge ensuite d’informer votre employeur, par lettre recommandée, avec un préavis qui commence généralement à la date de notification du départ : un préavis d’un mois si votre ancienneté dans l’entreprise est comprise entre six mois et deux ans. Un préavis de deux mois si votre ancienneté est supérieure à deux ans.

Ce n'est pas fini, puisque vous devez également retirer un formulaire de demande de retraite personnelle. Où ? Dans les organismes de Sécurité sociale, sur internet à l’adresse de la Cnav, dans tous les points d’accueil retraite (près de 2 000 en France), éventuellement dans votre mairie. Ce formulaire devra être remis à votre caisse de retraite qui vérifiera l’ensemble des pièces (avec vos justificatifs fournis comme la pièce d’identité, un relevé d’identité bancaire, la photocopie de votre dernier avis d’imposition, etc).

Attention, ne vous y prenez pas au dernier moment mais au moins quatre mois avant la date de départ souhaitée. Vous n’êtes pas à l’abri de lenteurs administratives, d’un rejet de votre demande... Pour les cadres, la demande de retraite complémentaire devra être faite au moins six mois avant le départ, et par écrit, à l’Agirc notamment.

Christèle Boisseau-Potier © Cadremploi.fr


haut de page