Le plan d'épargne retraite

Auteur : Christèle Boisseau-Potier
juin 2012

On le sait, on nous le répète assez depuis longtemps et encore plus ces derniers temps : il faut se constituer un plan d’épargne retraite. Voici donc comment se garantir un capital « spécial vieux jours ».

Le Perp, le plus usuel

Le plan d’épargne retraite populaire, ou le Perp, est le plan d’épargne à long terme le plus usuel. Il permet d’obtenir, à partir de l’âge de la retraite, un revenu régulier supplémentaire. Le Perp permet aussi d'utiliser l'épargne accumulée pour financer l'acquisition d'une première résidence principale. Même s’il n’existe pas de conditions d’âge spécifique, on le préconise le plus souvent à des personnes en activité.

Pour ouvrir un Perp, il vous suffit de vous adresser à un organisme de prévoyance, une compagnie d’assurance ou une mutuelle, sachant qu’ouvrir un Perp revient, au fond, à souscrire un contrat d’assurance-vie. « Le Perp propose aussi une défiscalisation des sommes versées, ce qui n’est pas le cas des assurances-vie, précise Didier Duguet, directeur commercial chez Suravenir. On a le droit de placer sur un Perp 10% de son revenu imposable, dans la limite de 8 fois le plafond de la Sécu. »

Trois types de Perp

Trois types de contrats vous sont généralement proposés : un contrat d’acquisition d’une rente viagère différée, un contrat de constitution d’une épargne convertie en unités ou points de rente ou un contrat de constitution d’un capital converti en rente viagère. Il existe également différents modes de souscription : des versements programmés ou libres, sans condition de montant. Attention de bien vous faire préciser les conditions de transfert du contrat et une estimation de la rente viagère que l’organisme gestionnaire du Perp devra vous verser.

Votre épargne versée sur le Perp est en principe bloquée jusqu’à la retraite, mais vous pourrez, sous certaines conditions, la récupérer de façon anticipée : invalidité, décès du conjoint, surendettement, expiration des droits aux allocations chômage…

Le Pere : épargner via l’entreprise

Il existe des régimes de retraite supplémentaire collectifs accessible via votre entreprise, dont bénéficient tous les salariés ou une catégorie spécifique de salariés. Ces derniers sont communément appelés « article 83 » ou « article 39 », du nom des articles des codes des impôts traitant de leur fiscalisation, ou encore Pere (Plan d'épargne retraite entreprise).

C’est donc un dispositif collectif d’assurance vie destiné à aider les salariés de l’entreprise à compléter leur future retraite. Point positif : il bénéficie d’un cadre fiscal et social avantageux. A l’échéance, il permet aux bénéficiaires de disposer d’une retraite supplémentaire (rente viagère) financée intégralement ou en partie par l’entreprise sur la base d’un taux de cotisation uniforme pour tous les salariés bénéficiaires.

Le bon plan Perco

Le plan d’épargne pour la retraite collectif, ou le Perco, est un plan d’épargne retraite en entreprise, défini par l’ordonnance française du 23 mars 2006. Il permet au salarié de se constituer une épargne accessible au moment de la retraite sous forme de rentre, ou, si l’accord collectif de votre entreprise le prévoit, sous forme de capital.

En effet, le Perco est mis en place par votre employeur, à vous d’en demander les tenants et les aboutissants, notamment en ce qui concerne le déblocage anticipée sous conditions. Vous pouvez être consulté à son sujet au même titre que les partenaires sociaux. Le Perco est alimenté par l’intéressement, par la participation, par des versements volontaires (dans la limite de 25% du salaire annuel brut, intéressement compris) – éventuellement abondés par l'employeur - par un transfert de fond d’un PEE ou d’un PEI, etc. La souplesse du Perco, qui permet une sortie en capital et peut être abondé par l’employeur en fonction de l’épargne du salarié, en fait un produit très apprécié des salariés.

Pour calculer votre retraite, faites une simulation en ligne.

Christèle Boisseau-Potier © Cadremploi.fr


haut de page